>> Guerrier intérieur

:: ÊTRE ::

:: LES LIVRES ::

Vient de paraître

Quand le couple SEXplique, le couple SEXtasie ...

"Ça réveille les femmes. Ça bouscule les hommes!"


Le Guerrier intérieur (GI)

G.I. Riche et conscient

Lexique du G.I.

Autres livres à venir


Bilbliographie

Carlos Castaneda

Œuvres disponibles au Canada cliquez sur le drapeau

Œuvres disponibles en France cliquez sur le drapeau


:: NOTRE VIE ::

ÊTRE

FAIRE

AVOIR


 

 
 


:: C'EST EN PASSANT À L'ACTION QUE LES RÉSULTATS APPARAISSENT ::

La vision globale

principes et lois éternelles

 

Le Guerrier intérieur utilise son pouvoir personnel à des fins de service. Bien sûr, il l’utilisera aussi pour avoir ce dont il a besoin (survie, sécurité, activité, relation), mais il joue plus grand (harmonisation de la planète) : il met le pouvoir qu’il canalise au service des autres, de l’humanité. Vous retrouverez les 12 qualités nécessaires dans le livre du Guerrier intérieur.

Le Pouvoir personnel que chasse le Guerrier se manifeste sous forme d’énergie, de chance, d’aubaines ou de coïncidences. Il augmente ce pouvoir par la Connaissance et sa mise en pratique dans sa vie.

Connaissance du Guerrier, en bref :

Ce qui importe réellement pour un Guerrier, c’est la Connaissance du jeu de la séparation, car cette Connaissance engendre la sagesse. Elle s’acquiert progressivement, d’abord en écoutant les autres, en lisant les textes sacrés et autres livres; puis en analysant soi-même cette sagesse, en la comprenant intellectuellement; enfin en l’expérimentant personnellement dans notre propre vie. Un Guerrier intérieur peut résumer ainsi cette Connaissance :

1. Il existe un état d’unité immuable et éternel, hors du temps et de l’espace, au-delà des origines du Ciel et de la Terre; un état qui pourrait paraître très ennuyeux. Au-delà même de Dieu si nous croyons que Dieu a créé le monde. S’il l’avait fait, ça serait un idiot sadique et dérangé, ce qui est plutôt une description qui nous correspond ! Ou bien Dieu est Amour ou il a créé le monde. L’un exclut l’autre.

2. Dans le temps d’une nanoseconde de folie au sein de cette unité, une Intention de séparation surgît : « Et si… j’allais jouer tout seul ailleurs que dans cette perfection immuable ennuyeuse ? »

3. Ce choix engendra une projection de l’Esprit à l’extérieur de l’unité. C’est là que se situe le Dieu créateur de l’univers, l’Aigle, Tout-Puissant dans la dualité. Mais c’est aussi là que se situe la chute ! « Je » tombe dans cette dualité qui apparaît avec la création des mondes subtils, puis du Big Bang et de l’univers physique.

4. Le contact entre l’état originel d’unité et la matière produit la conscience et l’Aigle s’en nourrit à la mort des vivants.

5. Le monde est « tel qu’il est », et évolue selon la macroprojection de l’Intention, ou Plan d’évolution ou dessein de l’Aigle qui obéit, pour sa part physique au quatre forces fondamentales (la force nucléaire forte, faible, électromagnétique et gravitationnelle).

6. L’évolution produit l’ego, cet enfant culpabilisé de la séparation et obsédé par changer « ce qui est » en « ce qui devrait être », selon son point de vue fragmentaire, pour sentir son pouvoir illusoire et se protéger du châtiment de Dieu (un concept bizarre que l’ego inventa à son image comme représentation de l’état immuable originel qu’il a oublié !).

7. Ainsi, nous ne percevons pas le monde tel qu’il est, mais tel que nous sommes socialement, culturellement et individuellement. Nous vivons selon une description sensorielle illusoire du monde et nous sommes conditionnés par nos perceptions.

8. Le manque de conscience engendre la souffrance par l’attachement au désir de changer « ce qui est » en « ce qui devrait être ». Là est la cause de tous les conflits, de la mort et de l’oublie (souvenez-vous de l’Aigle qui mange la conscience à la mort des vivants). Ainsi, le désir de changement entraîne à renaître sans souvenirs antérieurs.

9. Au long des multiples séjours dans le monde physique, la souffrance éveille la conscience et conduit au chemin du Guerrier intérieur.

10. La voie du Guerrier intérieur développe la totalité de la conscience et équilibre notre côté gauche et notre côté droit qui prédomine dans notre description actuelle du monde (le côté gauche, dirigé par notre cerveau droit est souvent ridiculisé dans une société rationnelle : ne dit-on pas d’une personne qu’elle est « gauche » quand elle est « mal à droite » ?)

11. La voie du Guerrier intérieur ou chemin du retour n’est possible que par un comportement impeccable développé par son sentier d’entrainement.

12. La conscience fait disparaître la souffrance, crée une ouverture vers la liberté (illumination). La conscience totale permet le passage dans cette ouverture (continuité de conscience, ascension, résurrection, immortalité).

Les quatre grandes vérités :

1. Tout contact de l’homme ordinaire avec les trois plans implique la souffrance. Le plan matériel physique de la forme, le plan émotionnel des sensations (agréable, désagréable ou neutre) et le plan mental (pensée, évaluation, conception, imagination)

2. L’origine (les trois racines) de la souffrance est dans le désir (avidité), l’aversion et l’ignorance. Par elle l’homme ordinaire est poussé vers l’action et le plaisir.

3. La souffrance cesse avec la cessation du désir et l’élimination des deux autres racines.

4. Le chemin qui mène à la cessation du désir est le sentier d’entrainement du Guerrier intérieur.

Sentier d’entrainement du Guerrier vers l’impeccabilité :

A. Conduite et éthique rigoureuse :

Toute morale qui invite à n’avoir aucune parole ou action physique qui blesserait ou troublerait la paix d'autrui est en contradiction avec le libre arbitre : je n'ai pas le pouvoir sur les autres ni sur leur réaction, notamment sur leur paix. Seul ces derniers peuvent décider la réaction qu'ils auront devant ce que je fais.

1. Parole juste passée à travers les trois passoires (dire ce qui est vrai, bon et utile); parler pour unir, réconcilier et coopérer; s’abstenir de langage grossier et de bavardage oisif; dire du bien de… tout, car il y a du bien en tout (bénir = Bene dicere = dire du bien)

2. Action juste, respectant les préceptes suivants:

a. Éviter de détruire la vie des êtres sensibles;
b. Ne pas emprunter sans autorisation les biens gérés par autrui;
c. Maîtriser les pulsions sexuelles en faisant l’amour de manière sacrée;
d. S’abstenir de substances altérant l'esprit vers la nonchalance (alcool, drogue).

3. Le mode de vie de subsistance ou profession juste qui respecte l’action juste et la parole juste.

 

B. Discipline mentale, concentration ou méditation;

4. l’effort ou persévérance juste (de vaincre ce qui est défavorable à l’évolution et d'entreprendre ce qui est favorable);

5. Attention juste, pour une pleine conscience des choses; de soi : Connais-toi toi-même (corps, émotions, pensées); des autres et de la réalité;

6. Concentration juste, établissement de l'être dans l'éveil par la méditation, type Vipassana, sur la respiration et les sensations du corps.

 

C. Sagesse parfaite :

7. Vision juste ou compréhension juste de la réalité, des quatre grandes vérités;

8. Pensée juste ou discernement juste (dénué d'avidité, d’aversion ou haine, et d'ignorance);

Toute action accomplie hors de ce sentier entraine un effet (karma) apportant la souffrance.

Enchainement et libération

Les cinq constituants de notre personnalité s’enchainent: tout « phénomène » dans la forme (physique, émotionnelle, mentale) devenant conscient par l’une des six portes ou sens est interprété en fonction des expériences (mémoires) du passé et crée une sensation physique (grossière ou subtile) dans le corps qui fait réagir le sujet, cette réaction ayant pour conséquence un karma, bon ou mauvais. L’observation équanime* de ces sensations du corps qui monte à la surface de notre conscience les libère en éliminant autant de racines inconscientes..

Les 6 portes d’entrée

1. La vue qui réagit aux formes et couleurs;
2. L’ouïe qui réagit au son;
3. Le toucher qui réagit au contact;
4. L’odorat qui réagit aux odeurs;
5. Le goût qui réagit aux saveurs;
6. Le mental qui réagit aux pensées, idées et émotions;

Les 5 constituants de la personnalité

La forme (la charrette), matière composée de particules.

La conscience phénoménologique, vue comme simple donnée sensorielle qui imprime le mental et non comme la réalité éternelle issue de la friction du Pur Esprit (âme) sur la matière.

La perception ou interprétation : faculté de relier ce que la conscience phénoménologique saisit avec les mémoires provenant des expériences du passé.

La sensation : le ressenti physique grossier (chaleur, froid, pression, contraction, engourdissement, démangeaison, etc.) ou subtil (picotement, fourmillement vibration, pulsation, courant électrique, etc.)

La réaction, ou activité volitionnelles (intention); est d'un acte psychique, conditionné, et conditionnant le Karma.

Ces cinq constituants s’enchainent : tout «phénomène» dans la forme (physique, émotionnelle, mentale) devenant conscient par l’une des six portes ou sens est interprété en fonction des expériences (mémoires) du passé et crée une sensation physique (grossière ou subtile) dans le corps qui fait réagir le sujet, cette réaction ayant pour conséquence un karma, bon ou mauvais. En observant ces sensations dans le corps avec équanimité* et monte à la surface de notre conscience et se libère, éliminant autant de racines inconscientes.

Les trois caractéristiques d’un phénomène

Le monde phénoménal est tout ce que nous percevons et contactons avec par nos 6 sens. Ce monde est caractérisé par :

L’impermanence
La souffrance
L’absence d’existence réelle-éternelle:  toutes les choses sont "vides" d'une existence individuelle et permanente)

Ce sont là tous les faits observables de notre existence humaine. Comprendre que toutes les choses sont intrinsèquement éphémères est la clé pour comprendre comment notre pensée crée l'état de souffrance. Tous les phénomènes sont régis par les lois naturelles (ou conscience dans la matière), résumées ici par les lois du Tao.

Les lois naturelles :

1. Loi de particularité : il n’y a rien d’absolument identique dans le monde manifesté. Aucune situation n’est exactement semblable à une autre.

2. Loi du revers : tout ce qui a une face à un dos. Tout à des avantages et des inconvénients.

3. Loi de l’équilibre : plus grand et plus large est la face, plus grand et plus large est le dos.

4. Yin représente la force centrifuge; Yang la force centripète. Ensemble, ils produisent l’énergie de tous les phénomènes.

5. Yin attire yang et yang attire yin.

6. Yin repousse yin et yang repousse yang.

7. La force d’attraction est proportionnelle à la différence des forces yin et yang.

8. Yin à son extrême devient yang. Yang à son extrême devient yin.

9. Il n’y a rien de neutre; en toutes circonstances, yin et yang sont en excès. Tout est finalement, soit un revenu, soit une dépense.

10. Il n’y a rien qui soit absolument yin ou absolument yang. Toutes choses se composent des deux tendances, en proportion variée.

11. Yin et yang combinés en des proportions variées produisent les différents phénomènes.

12. Tous les phénomènes sont éphémères

Le Bouddha nous donna sa doctrine pour éclairer le monde ; le Christ nous donna Sa vie et l'Amour inconditionnel.

Cette doctrine permet la formation du caractère. L'homme apprend à se comprendre, il arrive à se connaître lui-même comme une unité complète et complexe, une réplique en miniature du monde extérieur. Il arrive par l'étude des lois de son propre être à la compréhension du Moi, et à une réalisation par l’expérience des lois fondamentales du système.

Arrivé à la cessation de tout désir, tout devient égal pour un Guerrier qui devient parfaitement équanime. Il sait que rien de réel (immuable, éternel) ne peut être menacé et que le « reste », irréel, n’existe pas. Alors, pourquoi agir ?

Ici intervient le pouvoir de choisir. Le Guerrier peut vouloir se libérer pour ne plus jamais se réincarner, et aider à partir de plans d’existences invisibles ou servir l’humanité dans son corps physique. S’il est conscient de tout cela, sans désir comme motivation, le Guerrier intérieur utilise sa folie contrôlée et choisit un Chemin-qui-a-du-cœur.
 


* Équanimité: Ne pas chercher à vouloir répéter ce qui est plaisant ou éviter ce qui est soufrant, sans pour autant nier la souffrance ou le plaisir qui est là..

Vous retrouverez les 12 qualités nécessaires dans le livre du Guerrier intérieur.



Le Guerrier intérieur

guerrier@viiif.net

(514) 843-8377

Copyright © 2002      Le Guerrier Intérieur    Tout droits réservés.